PIERRE LORRAIN

Journaliste - écrivain - spécialiste de la Russie

Filtrer les éléments par date : novembre 2016

« De San Francisco à New York, des centaines de personnes se sont réunies pour le deuxième jour de suite, jeudi, afin de protester contre l’élection du magnat de l’immobilier » (Le Monde, 11 novembre 2016)

Finalement, on peut légitimement se poser la question : à quoi servent les élections si le candidat de l’union du peuple entier n’est même pas élu ? C’est tout de même une honte ! Hillary Clinton avait été choisie par la presque totalité des milieux politiques (démocrates, bien sûr, mais aussi tacitement une bonne partie des républicains), par les banques et les milieux financiers, par les classes supérieures, par les médias, par les « intellectuels », par le show-business, par l’immense majorité des artistes engagés et non engagés[1], de Hollywood à Sundance, par les écologistes, par les étudiants, par les antimondialistes, par les mondialistes, sans oublier la plupart des gouvernements occidentaux et – curieusement – leur opposition aussi.

Dans le précédent billet, nous nous permettions de taxer le ministre polonais de la Défense, Antoni Macierewic, d’incompétence parce qu’il avait été victime (volontaire ?) du canular sur la vente des Mistral égyptiens à la Russie pour 1 dollar symbolique.

L’ancien président de Pologne Bronisław Komorowski (2010-2015) – qui fut également ministre de la Défense – est encore moins tendre : « Il y a de quoi s’inquiéter [des propos du ministre Macierewic]. Ses déclarations montrent un degré d’ignorance et de légèreté dont les conséquences peuvent aller loin », a-t-il déclaré à la chaîne de télévision TVN24. « C’est une honte non seulement pour le ministre de la défense, mais aussi pour l'État polonais. »