PIERRE LORRAIN

Journaliste - écrivain - spécialiste de la Russie

mardi, 20 juillet 2021

Russie : les élections législatives de septembre 2021 peuvent-elles être l’amorce d’un changement politique ?

Dans deux mois, le 19 septembre 2021, vont se tenir en Russie les premières élections législatives après l’adoption de la nouvelle mouture de la Constitution, en juillet 2020. Ce scrutin est censé marquer le début d’un processus destiné à changer les pratiques politiques russes et à amorcer une évolution vers l’« après Poutine ».

Si nous écrivons « est censé », c’est que, comme dit le bon mot attribué au physicien Niels Bohr, « la prédiction est un art très compliqué, spécialement quand elle concerne l’avenir ». Il y a, bien entendu, deux réponses possibles à la question posée dans le titre. Un « non » catégorique s’impose à ceux qui tiennent la Russie pour irréformable et voient le régime « dictatorial » de Vladimir Poutine ancré dans la durée jusqu’en 2036 (et même au-delà si une nouvelle réforme constitutionnelle est adoptée entre-temps).

Cependant, si l’on considère que rien n’est immuable et que la Fédération de Russie doit relever les défis d’un monde en constante mutation, force est de constater que les choses doivent bouger et que la réforme de 2020 n’a pas été conçue pour simplement prolonger de deux mandatures (douze ans) la présidence de Vladimir Poutine, mais bien plutôt pour permettre la montée en puissance d’un nouveau système politique pour tenir compte de l’évolution de la société.

Révision constitutionnelle et « remise à zéro » du compteur des mandats présidentiels

L’idée qui présidait à la révision constitutionnelle était, selon le Kremlin, de préserver le système actuel en lui donnant en nouveau souffle par l’introduction d’une nouvelle répartition du pouvoir entre un président fort, chargé du régalien, et un Premier ministre (président du gouvernement) choisi par la Douma et responsable devant elle, chargé de conduire la politique en matière économique et sociale. Ce pourrait être, comme dans d’autres pays, le chef de la majorité à la chambre.

Dans ce contexte, l’amendement de dernière minute adopté pour « mettre à zéro » le compteur des mandats du président actuel ne change rien à l’esprit de la réforme. Il introduit simplement l’incertitude sur le moment où surviendra « l’instant d’après ». Lors d’une interview sur la chaîne Rossiïa-1, le 21 juin 2020, le président Poutine expliquait que la raison de la remise à zéro était d’empêcher une lutte – souterraine ou carrément ouverte – pour sa succession. Il précisait : « Je n’ai encore rien décidé. Je n’exclus pas la possibilité de me porter candidat si la Constitution le permet. On verra bien alors[1]. »

Il mettait également en garde sur ce qui se passerait s’il n’avait pas la possibilité de se représenter : « Je vais vous parler franchement : si ce n’était pas ainsi, dans deux ans, je le sais d’expérience[2], au lieu d’un travail à un rythme normal, à de très nombreux niveaux du pouvoir on commencera à tourner les yeux à la recherche d’éventuels successeurs ».

Ainsi donc, on peut dire que l’enjeu majeur des prochaines élections ne sera pas de faire émerger une majorité capable de gouverner (puisqu’il est vraisemblable que Russie Unie disposera de suffisamment d’élus pour cela), mais de déterminer qui sera le nouveau président du gouvernement et, surtout, quel sera son poids politique.

Comment sera déterminé le futur Premier ministre

Si l’esprit de la nouvelle Constitution est appliqué, le futur chef du gouvernement ne sera plus une personnalité technique comme actuellement Mikhaïl Michoustine et, avant lui, entre 2004 et 2007, Mikhaïl Fradkov ou encore, en 2007 et 2008, Viktor Zoubkov[3], mais une personnalité politique, telle que Dmitri Medvedev (2012-2020).

Dans cette logique, c’est donc vraisemblablement le chef de la nouvelle majorité présidentielle qui sera appelé à diriger le gouvernement. Il reste à déterminer quels sont les candidats les plus probables à ce poste. Une claire indication a été donnée lors du congrès de Russie unie en juin dernier.

Rappelons d’abord que selon la législation électorale en vigueur, les 450 députés sont élus pour un mandat de cinq ans selon un système électoral mixte : la moitié des sièges (225) sont attribués à la proportionnelle sur les listes fédérales présentées par les partis (avec un seuil de 5 %) ; l’autre moitié de sièges est attribuée au scrutin majoritaire à un tour dans 225 circonscriptions électorales.

Évidemment, en tête des listes fédérales figurent les chefs des partis ou des personnalités éminentes susceptibles de diriger, une fois élues, les différents groupes parlementaires.

La liste de Russie unie, révélée lors du congrès par le président actuel du parti, l’ancien Premier ministre Dmitri Medvedev (qui dirigeait la liste lors des dernières élections de 2016) a réservé une surprise de taille : les deux premières places sont occupées, sur proposition du président Vladimir Poutine lui-même, par les deux ministres les importants du gouvernement actuel, celui de la Défense, Sergueï Choïgou, et celui des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Même s’il est encore trop tôt pour affirmer quoi que ce soit, il s’agit là d’une claire indication de qui pourrait être le futur Premier ministre.

Notons que Dmitri Medvedev ne figure plus du tout sur la liste de son parti. Il paie ainsi la réforme des retraites, pourtant indispensable, menée à bien sous son gouvernement en 2018 et qui l’a rendu impopulaire, ce qui a conduit à sa démission du poste de Premier ministre en janvier 2020. Le congrès de Russie unie n’est pas terminé puisqu’une deuxième partie est prévue fin août et il est probable que Dmitri Medvedev laissera sa place à la tête du parti à ce moment-là. Bien entendu, il peut se présenter à l’élection dans le cadre d’une circonscription électorale et c’est sans doute ce qu’il fera.

À la lumière de tout ce qui précède, il est possible d’avancer une hypothèse : si l’esprit de la Constitution tel qu’il a été présenté lors des débats parlementaires est respecté et que le chef du parti majoritaire est nommé à la tête du gouvernement, un Premier ministre de la dimension de Choïgou ou de Lavrov pourrait apparaître à l’usage comme un successeur possible à la présidence. Pour 2024 ? Il est bien trop tôt pour le dire car la politique russe est pleine de surprises et il est prématuré de tirer des plans sur ce qui pourrait advenir dans trois ans.

 

(Dans un prochain billet nous reviendrons sur l’élection de septembre et les perspectives qu’elle ouvre aux différents partis en présence.)

 

 

[1] https://www.vesti.ru/article/2423136

[2] Poutine fait ici référence à l’élection présidentielle de 2008 qui avait donné lieu à une lutte féroce entre différentes factions du pouvoir (Nous y reviendrons dans un prochain billet).

[3] Il convient de noter que Fradkov, Zoubkov et Michoustine, avant de prendre la tête du gouvernement, avaient tout trois dirigé la police fiscale ou les services des impôts.

Les articles publiés ici sont la propriété exclusive de leur auteur. Toute reproduction sans autorisation est interdite. Seules sont autorisées, conformément à la loi, de courtes citations en mentionnant la source et l’auteur.