PIERRE LORRAIN

Journaliste - écrivain - spécialiste de la Russie

Moscou ! Sa fondation et son essor sont étroitement liés à la formation de la nation russe. Et de la puissance de la Russie. Comment comprendre l'histoire de cet Empire aux visages multiples sans revenir aux origines de sa capitale et à son histoire mouvementée, tragique et passionnée ?

Comment Moscou est-il devenu le centre politique d'un État si vaste, étendu des rives de la Baltique à celles du Pacifique ? Quels hommes ont conçu pareille cité, l'ont façonnée et développée ? Quel a été le rôle des invasions mongoles ? Comment est-elle devenue le centre de l'orthodoxie russe ? Qui était vraiment Ivan le Terrible ? Comment la ville a-t-elle perdu son statut de capitale au profit de Saint-Pétersbourg ? Si l'histoire de Moscou se confond largement avec l'histoire de la Russie puis de l'Union soviétique, suscitant haine, crainte ou fascination, la ville a aussi connu un destin propre et extraordinaire, avec ses drames et son rayonnement.

L'un des résultats les plus spectaculaires des attentats du 11 septembre 2001 est d'avoir rendu possible un rapprochement sans précédent entre Moscou et Washington, entre Vladimir Poutine et George W. Bush.

Mais cette « incroyable alliance » est-elle une retombée annexe de la lutte antiterroriste, ou un phénomène plus profond né d'une convergence d'intérêts entre les deux adversaires de la guerre froide ? Comment le président russe est-il parvenu à exorciser les vieux démons antioccidentaux qui hantaient son pays pour le faire passer de la guerre froide aux portes de l'Otan ? De quelle manière s'est-il servi des évènements du 11 septembre pour apparaitre aux yeux des Américains comme un partenaire sûr et un allié incontournable ?

Août 1999 : Vladimir Poutine, un parfait inconnu, devient Premier ministre de la Russie. Huit mois plus tard, il en est élu président. Août 2000 : il est confronté au tragique naufrage du Koursk qui dégénère en catastrophe médiatique.

Comment cet homme terne, au passé controversé d'agent du KGB, a-t-il pu atteindre si vite le pouvoir suprême ? Sa mystérieuse ascension est-elle le fruit d'une magistrale manipulation du « clan » Eltsine pour se maintenir au pouvoir ? Quel a été le véritable rôle des « oligarques » et du premier d'entre eux, Boris Berëzovski ? Et la guerre de Tchétchénie, a-t-elle été relancée pour le propulser à la tête de l'état ?

L'exécution de la famille impériale de Russie, dans la nuit du 17 juillet 1918 à Ekaterinbourg, dans l'Oural, mit un terme dans le sang et l'horreur aux espoirs démocratiques de la révolution russe.

Drame humain à l'intérieur d'un drame historique, tragédie gigogne à la manière des matriochkas de l'artisanat russe, l'assassinat des Romanov a suscité, tout au long de notre siècle, une abondante littérature où les légendes, confortées par la désinformation, alimentées par les imposteurs et les mythomanes, ont largement surnombré les faits avérés. Certes, la mort du tsar Nicolas II ne faisait pas de doute, mais... Lénine aurait mis la tsarine et ses filles à l'abri sous une nouvelle identité... Le tsarévitch ne serait pas mort... La grande-duchesse Anastasia aurait survécu.

Il est aujourd'hui possible d'affirmer avec certitude ce que les apparatchiks du Parti communiste français, Georges Marchais en tête, se sont toujours efforcés de nier : dès sa création, en 1920, jusqu'à la désintégration de l'URSS, en 1991, le PCF a été très abondamment financé par son « grand frère » soviétique.

Des centaines de documents découverts dans les archives d'État, à Moscou, le prouvent. Victor Loupan et Pierre Lorrain les ont retrouvés, compilés, analysés, confrontés aux témoignages des principaux acteurs pour nous livrer la véritable histoire secrète du mouvement communiste international et de ses membres : hommes du Komintern qui apportaient clandestinement bijoux et devises aux révolutionnaires occidentaux, agents de Staline, « milliardaires rouges », sans oublier les fonctionnaires moscovites de la période du déclin qui continuaient à distribuer des millions de dollars aux « partis frères » dans la plus stricte application des consignes de Lénine : « Ne lésinez pas sur l'argent... Nous vous en donnerons encore et encore sans compter. »

Diplômé de l'université, enseignant et cadre du parti, Tchikatilo ne faisait pas un bon coupable. Andrei Tchikatilo, 56 ans. Coupable de 52 meurtres et condamné à mort le 15 octobre 1992. occupe sans doute une place à part dans l'histoire des tueurs en série.

Conjuguant sévices sexuels, mutilations et cannibalisme, il massacre au couteau ses victimes. Mais au-delà des faits, son cas est exemplaire en ce qu'il révèle de l'attitude des autorités soviétiques.
Pour les agents de Rostov, soumis à la planification, les chiffres sont plus essentiels que la vérité. D'où leur tentation de clore rapidement l'affaire - quitte à condamner un innocent -, afin de ne pas attirer l'attention de Moscou.

La Sibérie. Un complexe de recherches stratégiques sur la télépathie perdu au milieu de la toundra. En arrivant dans cette nouvelle affectation, le colonel Aksionov pénètre dans une atmosphère étrange et lourde où couve la révolte. Inexplicablement, désertions et suicides se multiplient.

Et le personnel du camp 117 semble garder jalousement un bien curieux secret.

Bientôt, Aksionov est l'objet d'agressions mentales qui tendent à utiliser ses faiblesses et son passé pour le déstabiliser. Quel rôle joue le professeur Larine, spécialiste des problèmes parapsychologiques ? Et Mikhallova, la télépathe si fragile qui ne sort des laboratoires qu'au milieu de la nuit?

Sait-on qu'en URSS l'étude du matérialisme dialectique et de l'histoire du Parti ont autant d'importance, pour un étudiant en médecine ou un futur ingénieur; que celle de l'anatomie ou de la résistance des matériaux ?

Sait-on que les travailleurs, dans toutes les entreprises, sont obligés de suivre des cours d'éducation politique? Que la lecture des œuvres de Leonid Brejnev jadis celles de Staline, puis de Khrouchtchev est l'un des points forts de l'instruction publique ? Sait-on que la télévision offre régulièrement des émissions où les militaires viennent exposer l'état de préparation des forces armées ?