PIERRE LORRAIN

Journaliste - écrivain - spécialiste de la Russie

Ce que vous ne lirez pas ailleurs...

Couvre-feu : on se fait appeler « Arthur »

dimanche, 18 octobre 2020

Pourquoi Arthur ? D’où vient cette expression du langage courant qui évoque la promesse d’un châtiment pour une faute commise. Certes, les jeunes d’aujourd’hui ne l’utilisent plus guère, mais ceux qui ont on plus de, disons, quarante ans ne peuvent que garder le souvenir de l’un ou l’autre de leurs parents levant un doigt aussi sentencieux que menaçant en disant :

— Oh, toi ! Tu vas te faire appeler Arthur !

Même la tournure de la phrase était bizarre : « se faire appeler ». Cela suggérait que le simple fait d’être affublé de ce nom était un sujet d’infamie. Mais qui pouvait être cet Arthur mystérieux dont la simple évocation laissait entendre les pires supplices. Le roi fondateur de la Table ronde et sa fameuse épée Excalibur qui pourfendait les félons ? Le célèbre écrivain Conan Doyle dont le détective fétiche découvrait à coup sûr les mauvaises actions ? Ou une évocation de la fin pathétique de Rimbaud dans l’hospice de Marseille ?


En savoir plus...

 

France : gestion à la soviétique de la crise sanitaire ?

mardi, 24 mars 2020

En ces temps troublés provoqués par la pandémie du coronavirus, il convient de rappeler un épisode tragique lié au drame de Tchernobyl qui me semble illustrer de manière éclairante le comportement des dirigeants de notre pays.

Dans ses Mémoires, Mikhaïl Gorbatchev – avec qui j’eus la chance de travailler sur leur traduction française – rapporte de manière précise comment fut créé, le 29 avril 1986, trois jours après la fusion du réacteur n° 4 de la centrale, un « groupe opérationnel du Politburo » dirigé par Nikolaï Ryjkov, alors Premier ministre. En raison du « caractère exceptionnel de l’accident », précise l’ancien président soviétique, « ce groupe, disponible en permanence, travailla sans discontinuer. Les procès-verbaux et autres documents relatifs à ses travaux ont été publiés depuis ».

En effet, après l’effondrement de l’URSS, les Izvestia y consacrèrent plusieurs numéros. Le 24 avril 1992, le journal publia le fac-similé d’un document plutôt confondant. Marqué du tampon « strictement confidentiel », il précisait que, le 8 mai 1986, quelques jours après la catastrophe, devant l’afflux considérable de personnes irradiées dans les hôpitaux de la région, le ministère de la Santé publique de l’URSS édicta de nouvelles normes de contamination, dix fois supérieures aux anciennes. Cela permit aux autorités de déclarer soudain bien portantes des personnes qui, la veille encore, étaient considérées comme irradiées.


En savoir plus...

 

  •  

    Tous les articles que vous ne lirez pas ailleurs...

    Quelques livres interessants

    Un continent derrière Poutine ? - Anne Nivat
    Vivre avec Poutine - Claude Blanchemaison
    La fin de l’Empire des tsar - Dominic Lieven
    La Russie entre deux mondes - Hélène Carrère d'Encausse
    La maison haute - Anne Nivat
    L'oeil de Moscou - Olivier Ravanello
    Natasha's Dance, a Cultural History of Russia - Orlando Figes
    La tragédie géorgienne, 2003-2008 - Salomé Zourabichvili

    Liens utiles

    Ce qu'ils disent vraiment: 

    Là-bas :

    • Président de la Fédération de Russie (Eng / Ru)
    • Premier ministre de la Fédération de Russie (Eng / Ru)
    • Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie (Eng / Ru)

     

    Ici :

    • Président de la république (Fra)
    • Ministre des Affaires étrangères (Fra)

     

    De l'autre côté :

    • Président des États-Unis (Eng)
    • Secrétaire d'État (Eng)

     

    Archives Historiques : 

    Archives russes 

    • Archives sur la "Grande Guerre patriotique" 1941-1945 (Ru)